Créer un décor confortable de luxe est un jeu d’enfant pour l’historien de l’art et le conservateur des monuments historiques Eric Cohler.

Eric Cohler s’entretient de son flair pour la « fusion » des styles et de la raison pour laquelle il est aussi important de savoir ce qu’un client n’aime pas que ce qu’il aime, en plus de nous dévoiler sa collection de couleurs Benjamin Moore préférée.

Siège social : Union Square, Manhattan. Plus d'info sur Eric Cohler Design et @ericcohlerdesign.

Parlez-nous des étapes clés de votre processus de décoration intérieure.

Eric : La première étape d’un projet c’est la rencontre du client : nous discutons de ce qu’il aime et n’aime pas. Puis, j’introduis un élément de base : les tapis, la moquette, le revêtement de sol. C’est alors que se met en branle l’étape de la décoration : le choix des tissus, des textiles, du mobilier et des couleurs. Pour moi, la couleur des murs vient en dernier.

Tant que je ne connais pas précisément le rôle d’une pièce, je ne veux pas que la peinture dicte mon choix. Je veux que la couleur s’exprime tout naturellement à partir de la pièce et non le contraire. La couleur des murs est essentielle, mais elle constitue la dernière étape du processus; comme le dessert, c’est la meilleure partie du repas.


Comment arrivez-vous à comprendre les attentes et les besoins de votre client?

Eric : Nous passons du temps avec le client, chez lui, pour observer la façon dont il vit et explorer les différentes façons dont il pourrait vouloir habiter son espace. Par exemple, une cliente m’avait dit qu’elle ne cuisinait pas, mais avait affirmé qu’elle le ferait si elle avait une grande cuisine. Je lui ai alors demandé pourquoi elle se mettrait à cuisiner, même dans une pièce magnifique, alors qu’elle n’aime pas ça. Elle a reconnu qu’elle ne le ferait pas, alors nous avons réduit la cuisine et créé un salon plus spacieux.



Un salon terreux et peint en taupe avec des canapés blanc cassé, deux chaises de lecture noires avec des coussins imprimés et une cheminée.

Vos espaces sont reconnus comme étant luxueux. Le concept de vivre dans une pièce est-il compatible avec celui de créer un espace de vie somptueux?

Eric : Les deux ne sont pas contradictoires. Le plus grand luxe, c’est le confort, la sécurité et le fait de pouvoir se retrouver en famille. Si je peux créer tout ça en agrémentant les murs de cachemire ou en installant un sofa en velours touffeté, un élément qui est doux au toucher, c’est ainsi qu’un décor prend toute sa splendeur. La vie vient des habitants qui s’y rassemblent.


« LA COULEUR AJOUTE DE LA PROFONDEUR À UNE PIÈCE. »

 - Eric Cohler,
      Directeur, Eric Cohler Design


Quelles collections avez-vous créées?

Eric : Chacun des morceaux que j’ai créés est le résultat de ma philosophie qui consiste à créer de la vie dans une pièce. Ma collection de luminaires pour Visual Comfort s’inspire de l’éclairage et de la nature du 20e siècle aux États-Unis. Les foyers que j’ai conçus pour Chesneys reflètent l’importance de créer un nid douillet. Les foyers à l’éthanol qui font appel à un système de cartouche sont incomparables et peu salissants. Ma collection de tissus Lee Jofa traduit mon envie de me faire dorloter; je veux que les gens se sentent dans une oasis de luxe. La collection de tapis Stark constitue l’élément clé de mon processus de création à partir de rien : le tapis est l’élément de base pour moi.


Quelle est votre préférence en matière de luminaires?

Eric : J’aime en combiner plusieurs. Les plafonniers peuvent faire paraître un espace peu élevé encore plus bas, alors il faut éviter les luminaires suspendus sur les plafonds de moins de 2,5 m.

Dans une chambre à coucher, je préfère les lampes de chevet et non ceux à bras articulé. Et il est essentiel de pouvoir régler l’intensité lumineuse. Avec un gradateur, vous pouvez créer l’ambiance que vous voulez.



Eric Cohler
Vitrine des designers

Le travail de design d’intérieur d’Eric Cohler se caractérise par des décors somptueux et confortables. Voyez comment l’historien de l’art puise dans un éventail de styles pour créer des intérieurs distinctifs pour ses clients.

Toutes les photos de la série Point de vue du designer sont fournies par les designers d’intérieur en vedette. Vous trouverez les couleurs de peinture comme celles illustrées ici chez
votre détaillant Benjamin Moore.


Y a-t-il un endroit dans le monde où vous vous sentez le plus chez vous, ou qui vous inspire le plus lorsque vous y travaillez?

Eric : Londres est la ville qui m’inspire le plus. Elle présente tellement de facettes, beaucoup plus que New York par exemple. Mes promenades dans cette ville me permettent de l’observer sous tous ses angles – le passé est un véritable catalyseur de la créativité.


Que pensez-vous des autres designers internationaux?

Eric : J’adore le concept de superposition des Suédois. Des meubles de style gustavien se combinent en toute aisance au modernisme du 20e ou du 21e siècle. C’est une fusion accidentelle mais naturelle. Les Américains ont leur propre idée du style : traditionnel mais quelque peu orchestré.


Avez-vous un blanc préféré?

Eric : Mon blanc de prédilection est le Super Blanc OC-152 de Benjamin Moore. C’est un blanc fiable qui peut être appliqué sur tous les plafonds. Dans une pièce vernissée, je l’utiliserais en fini très lustré. Mais la plupart des plafonds, jamais parfaitement droits, exigent un fini mat qui dissimule les imperfections.

Dernièrement, j’ai pris l’habitude de peindre la plinthe et les portes de la même couleur que les murs parce que je tiens à ce qu’ils fondent dans le décor.

Une autre de mes couleurs préférées est Bleu Marine HC-154. Pour une chambre bleue, j’obtiens toujours l’effet désiré. J’adore toute la collection WilliamsburgMD de Benjamin Moore.



Élégante chambre à coucher blanche avec foyer allumé, lit avec jeté en fourrure, coussins décoratifs bleus et chaise longue.

Dites-nous pourquoi on vous appelle le « Mixmaster » ou « maître du mélange ».

Eric : Il y a presque 20 ans, la rédactrice en chef du magazine Traditional Home Ann Maine m’a donné ce pseudonyme parce que j’ai la capacité étonnante de combiner des objets disparates de façon à ce qu’ils fassent partie d’un tout cohérent. Par exemple, même s’il n’est pas évident de combiner une chaise du 18e siècle et une commode du 20e siècle, je suis en mesure de leur donner un aspect naturel et parfaitement élégant.

Mon « secret », c’est la fusion des styles. Semblable à la fusion des gastronomies, il s’agit de la façon de combiner des ingrédients afin de créer un repas délicieux qui se tient. C’est un talent inné, alors je ne peux pas vraiment l’expliquer. C’est un don qu’avait ma grand-mère qui avait un sens extraordinaire du style et de la décoration.


Parlez-nous des étapes clés de votre processus de décoration intérieure.

Eric : D’abord, vous devez inclure beaucoup plus de meubles et d’objets qu’il n’est nécessaire, puis éliminez-en, sans hésitation. Je vous conseille également d’écouter attentivement votre client, mais ne faites pas l’« erreur » de l’incorporer à votre équipe de création. Votre client doit être une influence objective.

Dans mes cours, je commence toujours par une équation : PDV=PDV2. C’est ma formule pour réussir. Nous avons tous besoin d’un point de vue. Selon Diana Vreeland, que vous ayez bon ou mauvais goût… l’important c’est d’avoir un certain goût. Le concept du PDV2 renvoie à la force de la vision qui se développe à partir de votre point de vue. Si une vision s’impose à moi et que je suis en mesure de la traduire pour que mon client la comprenne parfaitement, c’est que j’ai réussi.





Benjamin Moore PDV du designer

PDV du designer

Vous trouverez des entrevues vidéo, des conseils et de l’inspiration de chefs de file du design d’intérieur.

EN SAVOIR PLUS
Des feuillets de couleurs de Benjamin Moore

Feuillets de couleurs

Commandez gratuitement des feuillets de couleurs dans trois formats différents.

EN SAVOIR PLUS