Même après 30 ans de projets de décoration d’intérieur qui mettent en valeur le style classique traditionnel, Matthew Patrick Smyth continue d’apprendre, grandir et se projeter dans l’avenir comme l’un des designers d’intérieur les plus réputés au monde.

Siège social : Hell's Kitchen, New York. Plus d'info sur Matthew Patrick Smyth et @matthewpatricksmyth.

Écoutons Matthew Patrick Smyth nous parler de la façon d’évaluer des objets très anciens, de l’impact de la lumière selon les régions et de sa nouvelle couleur foncée préférée qui provient de la collection AuraMD Récit couleurMD de Benjamin Moore.

Vous définissez-vous comme un designer traditionnel?

Matthew : Le style traditionnel est un concept qui englobe bien des domaines. J’ai étudié les lettres classiques, le design, les proportions et l’histoire. D’une certaine façon, mon approche est traditionnelle, car je respecte ce qui a été fait dans le passé et j’aime les diverses périodes et techniques qui ont fait leurs preuves au fil du temps.

Le travail que j’accomplis est très varié et il dépend de mon client. Je peux voir une pièce de cinq manières différentes selon ce qu’il a choisi. Il n’y a pas une seule façon de faire. Vous travaillez avec votre client, en fonction de ses attentes et de la façon dont il vit, puis vous créez le décor qui lui convient. J’ai travaillé dans plusieurs métropoles du monde – Londres, Paris, Genève, New York – mais aussi à la campagne. Si je me lie d’amitié avec mon client, tout est possible, quel que soit le lieu où il se trouve.


« LORSQUE JE PRÉCISE MON PROJET DE DÉCORATION, JE COMMENCE PAR LA COULEUR. »

 - Matthew Patrick Smyth
      Designer d’intérieur, Matthew Patrick Smyth Inc.



Petit salon en tons neutres avec plafond bleu ciel, lit de repos capitonné avec baldaquin, et coussins rayés.

Comment envisagez-vous le rôle des objets anciens dans la création de décors contemporains?

Matthew : Pour moi, le marché des antiquités fait partie intégrante du métier de décorateur. Lorsque je conçois un décor avec des meubles ou des éléments neufs de mon cru, je sais à quoi il ressemblera. Avec des pièces d’une autre époque, impossible de savoir avec précision. C’est l’élément inattendu que j’aime intégrer à mon plan de conception global. Un morceau ancien confère du caractère – une touche spéciale qui donne de la personnalité à un espace.

La disparition des antiquaires me déçoit. Les boutiques ferment leurs portes. Le marché change. Je suis les salons du monde entier et 1st Dibs en ligne. La plupart du temps, j’examine les articles en personne avant de les acheter. Dans certains cas, lorsque je connais bien le fournisseur et que j’ai confiance dans la façon dont il représente un morceau, je l’achèterai sans l’avoir vu au préalable. Mais règle générale, vous devez le ressentir, le toucher, l’essayer parce que l’appréciation est toujours subjective. Il n’est pas toujours possible de remarquer la couleur et la patine en ligne. Et les proportions varient beaucoup. Lorsqu’il s’agit d’un meuble, tous les détails sont très subtils, mais c’est eux qui font qu’il s’harmonisera ou non à un décor.


Quels projets entreprenez-vous?

Matthew : Mon premier livre, Living Traditions, montre un éventail de projets et fait valoir que les designers d’intérieur ne se concentrent pas sur un seul style, un seul décor, un seul groupe de sources. Lorsque je parle avec mes clients et qu’ils regardent mon portfolio ou mon site Web, ils voient une variété de décors parce qu’il faut répondre à une variété de besoins. Si je devais toujours faire appel aux mêmes petits groupes de sources, je me lasserais rapidement.

L’élément qui change tout c’est la lumière. Ce que je fais à New York ne pourra pas nécessairement être reproduit à Londres ou à Genève. Je me souviens il y a plusieurs années, à mes débuts, je faisais la décoration d’un appartement dans la région de la baie de San Francisco. Mon agencement de couleurs était magnifique à New York, mais une fois arrivé à San Francisco, la palette avait pris une tout autre teinte. C’est là que j’ai compris que chaque emplacement est unique et qu’il faut s’y adapter.



Matthew Patrick Smyth
Vitrine des designers

En examinant le portfolio de projets de Matthew Patrick Smyth, vous verrez que son approche harmonieuse et équilibrée fait des merveilles pour ses clients.

Toutes les photos de la série Point de vue du designer sont fournies par les designers d’intérieur en vedette. Vous trouverez les couleurs de peinture comme celles illustrées ici chez
votre détaillant Benjamin Moore.


Comment procédez-vous pour plonger dans la vie des gens afin à la fois de satisfaire leurs attentes et de réaliser la vision que vous avez pour eux?

Matthew : Chaque fois que vous entrez dans la demeure d’un client – un nouveau client particulièrement – vous devez apprendre à préciser le plus possible votre idée. Je le répète, je peux voir une pièce de cinq manières différentes. J’ai besoin que mon client m’oriente. Avec le temps, vous repérez des indices. Il suffit parfois qu’un client me montre ce qu’il n’aime pas. S’il me montre une photo, je lui demanderai de m’indiquer ce qu’il lui plaît dans celle-ci. C’est ça la difficulté : vous devez trouver la bonne solution, vous voulez le rendre heureux.


À quel point les détails sont-ils importants?

Matthew : La raison pour laquelle les gens viennent nous voir, c’est pour tenir compte de tous les détails, sinon ils le feraient eux-mêmes. Les détails, voilà ce qui distingue un designer d’intérieur d’un détaillant. Et il y a une réaction en chaîne. Ce que vous réalisez a un impact sur les autres pièces. Chacune de vos décisions a une influence sur les autres. Si vous ne vous concentrez pas sur les détails, vous ne créerez rien du tout.


Dans votre processus de planification, comment abordez-vous les conditions d’éclairage?

Matthew : En ce qui concerne la couleur et la lumière, je décide en fonction de la pièce à décorer, s’il s’agit d’une salle à manger, d’un salon ou d’une chambre à coucher. Chacune a ses propres besoins. Je cherche toujours à rendre les gens heureux, quel que soit l’espace où ils se trouvent. Pour qu’ils soient de bonne humeur, il faut que la lumière soit réfléchie.

Avec la couleur, il est essentiel de créer une harmonie apaisante avec le lieu où les gens se trouvent. Certains espaces peuvent accueillir une bonne dose de couleur ou des éclairages différents pour obtenir des effets plus spectaculaires, mais en général, tout doit être paisible.


Qu’est-ce qu’une ambiance paisible, selon vous?

Matthew : Elle se définit par la recherche d’une palette de couleurs. C’est là le cœur de nos activités. Même lorsque je précise mon projet de décoration, je commence toujours par la couleur. Ma palette peut changer, les nuances aussi. Je me concentre toujours sur l’endroit où je veux créer un certain effet, c’est le fondement de mon métier.



Petit salon aux murs et au plafond blancs, cheminée en pierre, tapis aux motifs animaux avec porte à panneaux superposés et fenêtres inondées de lumière.

Avez-vous un blanc de prédilection?

Matthew : Il semble que j’ai souvent dit : « dans le doute, optez pour Blanc Lin. » J’utilise plusieurs blancs en même temps et, tôt ou tard, je finis par presque tous les utiliser. Opulence OC-69 est un blanc que j’utilise souvent ces derniers temps. Oie Blanche OC-17 en est un que j’utilise fréquemment, particulièrement pour les moulures. C’est vraiment ma couleur de choix pour cet élément architectural.


Que pensez-vous du blanc sur les plafonds et les moulures? Faites-vous des combinaisons?

Matthew : Oui, je combine. Je ne pense pas qu’il y ait une règle d’or. Tout dépend de l’espace, de l’architecture, du client – chaque projet est différent.


Avez-vous un groupe de couleurs que vous aimez intégrer dans vos projets?

Matthew : Habituellement, j’effectue mon choix de couleurs à partir de zéro, mais il y a une couleur qui revient sans cesse. Je suis fou de Sans Lune CSP-570 qui provient de la collection Aura Récit couleur de Benjamin Moore. Je l’ai utilisée dans une maison-témoin Elle Décor et elle est présente chez moi et dans mon bureau. À la sortie de mon nouveau livre, vous verrez que Sans Lune l’agrémente au complet. C’est une teinte foncée qui a une profondeur incroyable, avec un peu de vert qui est parfois plus bronze ou noir ou gris. Avec sa capacité de changer avec la lumière, c’est ma nouvelle couleur préférée.


Comment trouvez-vous les fournisseurs et les ressources, comme les artisans, qui vous aident à donner vie à votre vision?

Matthew : Au fil des décennies, j’ai établi toute une liste de fournisseurs et d’artisans qui travaillent très bien et sont d’une fiabilité à toute épreuve, ceux qui répondront présents lorsque j’ai besoin d’eux et avec qui mon client s’entendra à merveille. Chaque année, j’essaie d’en ajouter à ma liste et de les tester. Dans l’ensemble, l’industrie est une affaire de confiance et de fiabilité, et c’est ce que je recherche chez les fournisseurs. Je suis ravi de constater qu’il y a des gens qui choisissent des métiers artisanaux comme le travail du verre ou de la pierre. C’est réjouissant de constater qu’il existe toujours des gens soucieux de s’engager à apprendre et à transmettre ces compétences.


Au vu du soutien et des conseils que vous avez obtenus au début de votre carrière, particulièrement auprès de David Easton, avez-vous des conseils pour les décorateurs qui se lancent?

Matthew : Le meilleur conseil que j’ai reçu – de la journaliste de mode et de décoration de CNN Elsa Klensch : « N’accordez pas de crédibilité à vos éloges. Si vous commencez à y croire, vous êtes perdu. Les éloges n’ont rien à voir avec la réalité. Elles ne sont pas une garantie de succès. Rangez vos éloges et faites votre travail. » Dans cette industrie, il n’y a pas de raccourci. Il faut y mettre le temps. Vous pensez qu’il y a un raccourci ou que vous avez trouvé un moyen facile de le faire, mais votre client finira par se rendre compte que quelque chose ne va pas. Il est impossible de faire semblant très longtemps.

J’apprends encore tous les jours. Je crois que mon temps de réaction est meilleur : je peux résoudre les problèmes plus rapidement que jamais. Je fais toujours confiance à mon instinct, il n’y a pas de solution unique. Il faut avoir l’esprit ouvert. L’instinct évolue et se raffermit avec le temps, mais ce n’est pas automatique : il faut consentir les efforts nécessaires et travailler en conséquence.





Benjamin Moore PDV du designer

PDV du designer

Vous trouverez des entrevues vidéo, des conseils et de l’inspiration de chefs de file du design d’intérieur.

EN SAVOIR PLUS
Des feuillets de couleurs de Benjamin Moore

Feuillets de couleurs

Commandez gratuitement des feuillets de couleurs dans trois formats différents.

EN SAVOIR PLUS